03/02/2019

L'utérus de ma nounou ne regarde qu'elle.

Vendredi soir, entretien avec une famille. J'avais déjà eu la maman au téléphone et tout c'était déjà bien passé. Un super feeling pour l'accueil d'une petite fille de 13 mois. Je décide d'accueillir les parents un vendredi soir, après une semaine de 55 heures de travail. J'ai besoin d'un autre contrat depuis que j'ai démissionné, n'avoir que deux enfants en garde, c'est faire beaucoup d'heures pour ne toucher à peine un smic (et encore j'ai cette chance de pouvoir presque avoir un smic...), j'espère donc vraiment que cet entretien sera positif!
Je reçois le couple avec leur petite fille. Je propose de faire l'entretien dans la salle de jeux, car cette fois ci ce n'est pas un tout petit bébé de quelques semaines mais une petite fille qui se déplace, ce sera plus plaisant pour elle de jouer pendant que nous faisons connaissance.

Tout se passe bien. Nous échangeons sur le rythme des journées ici, sur les autres enfants en accueil, et évidemment sur la petite, ses besoins et les attentes des parents. La petite me fait de grands sourires, qu'elle a l'air chouette!

Alors que le feeling passe vraiment bien avec la maman, le papa est présent, sourit, valide ce que dit sa femme, puis au moment où je ne m'y attendais pas:

- Et sinon vous comptez tomber enceinte?

Oulalala cette question, on me l'a déjà posé plus jeune, par des directrices de crèche, auxquelles je répondais toujours par la négation, en disant que mon but était de travailler... Breaking News: à 25 ans, je n'avais toujours pas décroché le moindre CDI car j'étais en couple et en âge d'avoir des enfants... J'étais toujours recalée de partout, juste bonne à remplacer mes autres collègues enceintes ou en congé parental... Juste à ce que je dise stop et décide de voler de mes propres ailes et de ne travailler uniquement pour moi.

Cette question intrusive m'est tombée dessus et je ne l'attendais pas du tout!  Mais les choses ont changé depuis mes 25 ans. J'ai 31 ans, et je sais que cette question est totalement illégale et comme je suis à présent assez calée en droit du travail et féminisme, je sais exactement quoi répondre:

- Vous savez monsieur, nous sommes en entretien professionnel et votre question est illégale.

- Oui mais vous comprenez que si vous tombez enceinte, il faudra vous remplacer. Alors comptez vous être enceinte?

- C'est illégal de me poser la question. Oui, il faut me remplacer, mais comme tout autre salariée, tout comme pendant un arrêt de travail ou un accident de travail... comme vous!

La maman écourte la discussion et passe à autre chose en acquiesçant ma réponse. Clairement, elle ne porte vraiment pas d'intérêt à ce sujet et demande presque à son mari d'arrêter. Son mari ne me regarde plus et ne dira plus un seul mot de l'entretien. J'ai été sèche dans ma réponse mais... de quel droit se permet-il de me poser cette question? Est ce qu'il aurait apprécié que l'employeur de sa femme lui la pose? Ou bien lui lors d'un entretien d'embauche? Car oui, un homme, un père aussi peut se mettre en congé parental! 

L'entretien se finit de manière positive avec la maman qui souhaite me revoir pour un engagement réciproque, je lui demande de réfléchir et n'hésites pas à lancer: "Je pense que papa est refroidi par ma réponse sur la grossesse!". 

Je ferme la porte. Mon conjoint qui a entendu la scène est hors de lui... Comment on peut me poser cette question et me manquer de respect? Car oui il s'agit de manque de respect, mon corps, mes choix... apparemment pas lorsque l'on garde des enfants... Belle ironie du sort... Nous sommes employées pour garder les bébés des parents mais non, nous ne devrions pas leur faire ça, faire un enfant mais quelle trahison!

Mais vous savez quoi? Est ce que nous, les assistantes maternelles, en entretien, nous demandons aux parents s'ils comptent faire un second enfant et prendre un congé parental pour les garder, et donc nous licencier? Est ce que si j'avais été un homme, ce papa m'aurait il poser cette question?

Voici la réalité vécue par beaucoup de femmes, et beaucoup d'assistantes maternelles. Combien sont licencier pour un arrêt maladie? Pour une grossesse? Combien mettent en danger leur propre vie pour continuer à travailler le plus longtemps possible pour arranger les parents? Combien repoussent leurs rendez vous chez le médecin car elles font des semaines interminables de travail? Combien sont remplacés comme des moins que rien au retour d'un congé maternité? Beaucoup. 

 Et personne n'entend pourtant notre voix... Quand on parle des assistantes maternelles dans les médias, c'est souvent pour évoquer un cas de maltraitance sur un enfant. Mais la maltraitance que nous subissons nous? Qui l'entend? Qui s'en préoccupe?  

Aujourd'hui alors, je pose les mots sur ce que subissent réellement votre nounou, la perle dévouée, toujours à sourire pour vous accueillir vous et votre enfant, malgré son isolement, ses soucis financiers, sa fatigue, sa précarité...  Voilà aussi la réalité de notre métier, qui n'est pas uniquement composé de comptines et de rires d'enfants.

3 commentaires:

Séverine a dit…

La question m'a également été posée il y a quelques années ("Je sais que je n'ai pas le droit de vous poser cette question, mais comptez-vous tomber enceinte") et j'admire votre réponse! Je ne m'y attendais pas, ai répondu par la négative et obtenu le contrat qui s'est mal terminé après quelques mois parce qu'ils n'avaient pas compris que je prendrai des vacances (c'est à dire en même temps pour tous mes employeurs...)

Elodie a dit…

Bonjour, c'est sidérant mais malheureusement ça existe.
Oui c'est illégal mais ne croyez pas que cela n'arrive qu'à des assistantes maternelles... cette question est parfois posée dans le privé aussi.
Je suis maintenant assistante maternelle et l'on ne m'a encore jamais posé cette question mais en même temps j'ai 40 ans et deux enfants donc je suppose que les parents se disent qu'ils sont tranquilles.
Quand bien même d'autres parents vous poseraient à nouveau cette question, prenez du recul. Votre réponse était justifiée mais malgré toutes les situations dans lesquelles nous pourrions nous trouver, je pense qu'il faut essayer de répondre avec philosophie et une certaine distance.
Pourquoi ne pas tenter l'humour? En répondant par exemple, "et vous avez-vous l'intention d'avoir un autre enfant pour m'assurer quelques années de tranquillité à ne pas avoir à chercher un nouveau contrat quand votre enfant sera scolarisé?"
Je vous souhaite une bonne continuation dans ce beau métier et plein de courage pour les situations plus délicates!

virguie a dit…

J'avais vu ta story insta sur cette histoire et je n'avais pas pu réagir étant au taff, et après j'ai zappe j'avoue...

Je trouve ça vraiment ouf. On m'a demandé ça aussi à mon premier entretien pour être AE, je venais de me séparer alors ça ne m'avait pas vraiment touché, mais quand j'y ai repensé quand j'ai changé d'établissement, j'en avais parlé à ma CPE et elle m'avait sorti "c'est sûr que c'est chiant de devoir remplacer, de trouver quelqu'un qui fasse l'affaire aussi bien, mais si tu te refuses d'avoir des enfants à cause du boulot, tu n'en auras jamais"... Alors c'est beau ce qu'elle disait mais ça n'enlève pas de la tête que c'est compliqué... Surtout quand tu es en CDD ^^'

À ton utérus! Gloire à lui, et à toi :)