04/06/2018

Chronique d'une grossophobie ordinaire #1.

La parole se libère en ce moment. On entend beaucoup parler de grossophobie dans les médias, le mot est rentré cette année dans le dictionnaire, on a l'impression que les mentalités évoluent ou du moins: on existe, les gros existent, la grossophobie aussi. Oui nous sommes victimes de discrimination et d'un quotidien pénible, éprouvant, nous souffrons de la maladie "honteuse" qu'est l'obésité, car on nous martèle depuis des années, que c'est normal, que si on est gros, c'est de notre faute et que tout est question de motivation. Les gros prennent la parole, et je vais la prendre encore aujourd'hui, parce que je n'ai plus envie de me cacher, et de me laisser faire. J'ai décidé de me battre contre mes kilos pour ma santé, mais je vais aussi avoir besoin d'exprimer tout ce que je ressens, et c'est par le blog que cela va passer. Victime de grossophobie depuis mon plus jeune âge...

• Me faire piquer les fesses au compas en classe de CM1 par d'autres enfants.

• Le pédiatre me mettant au régime à l'âge de 8 ans.

• 10 ans, venant consulter le chirurgien pour une appendicite en me tordant de douleur:
- Il faut arrêter les Mars et les Snickers à la récré.
Le tout en me pinçant le ventre, et alors que j'étais déjà au régime. Mes parents ne m'ont jamais nourrit aux barres chocolatées et aux sodas!

• Mon frère qui m'a appelé Poids Lourd pendant des années.

• Entendre maintes fois le traumatisme de ma mère à l'école qu'on appelait Gros Caca.

• Le prof d'EPS qui nous filmait en gymnastique et qui a repassé trois fois la vidéo où je chute pour me montrer ce qui n'allait pas, sous l'hilarité générale.

• Ne jamais trouver de vêtements à ma taille en étant enfant et ado en surpoids.

• Avoir honte de chercher des vêtements au rayon grandes tailles. 

• Me retrouver habiller comme une mamie, alors que j'avais 15 ans, car rien d'autre ne m'allait.

• Fuir les cours de gym.

• La pesée obligatoire chez mon ancienne généraliste même pour un rhume.

• De la bouche de ma propre mère:
- C'est avec lui que tu sors? Mais qu'est ce que tu leur fais?

• Ma prof d'EPS en Terminale:
- Tu peux mourir avec ce poids, je vais t'aider à faire un régime.

• La souffrance horrible des cuisses qui se frottent en été.

• Oser enfin mettre un short à... 29 ans.

• Regarder les photos d'un bar ou d'un restaurant sur internet avant de réserver pour être sûre d'avoir assez d'espace et ne pas gêner tout le monde en passant.

• Eviter les bars et restaurants qui ont des chaises avec des accoudoirs.

• Rester debout dans le bus pour ne pas avoir à se faire la moins imposante possible si quelqu'un s'assoit à côté de nous.

• Prendre la pilule du lendemain sans être informée que vu mon poids celle ci peut être inefficace.

• La violence gynécologique avec les soignants qui appuient fort sur le ventre pour l'examen.

• Ne plus manger de glaces, de gaufres, de crêpes, en public.

• Manger moins que sa faim quand je suis invitée pour ne pas passer pour la grosse qui s'empiffre.

• Être gênée par les films pour ados ridiculisant les grosses.

• Eviter de s'asseoir sur des chaises de jardin en plastique ou des transats.

• Ne pas trouver de sous vêtements adaptés à ma morphologie.

• Racheter un pantalon tous les deux mois car le tissu n'est pas assez résistant pour les cuisses qui se frottent. 

• S'interdire les parcs par peur de ne pas rentrer dans les attractions.

• S'interdire la piscine par peur du regard des autres.

• Subir du harcèlement sur internet.

• Ne pas avoir accès à la PMA car nous sommes trop grosses.

• Subir les copines qui se plaignent d'avoir pris 3 kilos.

• Entendre trois millions de fois:
- T'es grosse mais t'es jolie! T'as un beau visage!

• Essayer Weight Watchers, My Fitness Pal, Dukan, le régime soupe au chou, le régime basses calories, le régime citron détox, et ceux de la cousine, collègue, voisine...

Voilà pourquoi aujourd'hui, je suis fière de mettre des mots sur tout ce que j'ai pu vivre dans ma vie. Ceci n'est qu'un échantillon. Mais quand vous vous direz "Non les gros ne sont pas discriminés", relisez cet article. Je ne souhaite de vivre ces situations là à personne.

3 commentaires:

Mimi a dit…

Mon copain pesant 150 kg. Même si il s'assume comem il est je l'ai mis au regime pour sa santé surtout. Mais quand je vois certaines fois comment les gens nous regarde (moi je ne fait que 60 kg^^) je leur mettrai bien mon poing dans leur geule !

Lily a dit…

Les gens sont si cruels!

Oum Qâyyim a dit…

Je suis une ex obèse le poids le plus important que j'ai fait 150kg.. et je me rend compte que même a 65kg je suis tjr marqué par tous ce que j'ai vécu entendu.. je ne pourrai jamais oublier les crachats les insultes lez humiliations a l'école devoir m'habiller en jogging toute ma jeunesse car pas de vêtement grande taille pour mon âge et le voir scruté l'assiette de mon fils l'interroger a la sortie de l'école car y'avait piscine et même si il n'est pas gros il a une grosse carrure (papa fait 2m et il tient de lui) car pas envie qu'il subisse la méchanceté des autres.. être accusée d'avoir causé les problèmes de santé et la naissance préma de mon fils a cause de mon surpoids bref et pleins d'autres choses.. a vie on reste marqué parce que l'on vie et malgré mon poids aujourd'hui je continue à pensé comme une femme obèse