25/05/2018

La guetteuse.

Elle est là. Encore là. Au parc. Toujours là. Elle guette. Elle change de banc trois fois, s'assied puis se relève, une bonne dizaine de fois. Cette drôle de bonne femme avec tous ses enfants. Ha la voilà qui se relève, sa ride du lion est particulièrement prononcée aujourd'hui...  Mais on est vendredi, c'est normal. C'est qui elle? La nounou guetteuse du parc. Moi.

Moi, qui observe les enfants qui sont sous ma responsabilité, mais aussi naturellement les autres, livrés à eux même comme des animaux sauvages (le parc c'est la jungle), avec ces autres parents cools, détendus, mais bordel comment font ils? J'aimerai tellement m'asseoir plus de deux minutes au parc en fin de journée, surtout quand j'ai passé la journée à être debout à aller à droite à gauche... Je vous envie tellement d'être aussi cools... Moi, je suis la guetteuse. Je scrute le moindre fait et geste des enfants. Si un disparaît 30 secondes, c'est la panique. Alors me voilà à passer dans les buissons, insulter dans ma tête tous ces (connards) de parents qui ne ferment jamais la grille du parc, en m'imaginant mille scénarios catastrophes. Puis les enfants, c'est rapide, ça court. Ils courent après les copains, ils courent après les pigeons, et des copains et des pigeons à la sortie d'école, il y en a de partout. Alors mon coeur palpite, mes yeux scrutent et analysent. Je suis cette nounou qui marche. Je marche encore et encore, les suivant à droite et à gauche du parc, souvent avec un bébé en écharpe qui lui kiffe la vie, et quand malheur je m'assieds sur un banc, les voilà repartis à l'autre bout du parc, et je recommence encore et encore tel un lion en cage attendant l'heure des parents avec impatience. Bref, nous sommes entrés dans cette magnifique période des beaux jours où nous sommes tous les jours au parc. Où l'on demande aux enfants de remettre leurs chapeaux, de ne pas quitter leurs lunettes, de ne pas jeter du sable sur les copains, dix fois, cent fois... Ha vraiment, moi je vous dis: vivement les vacances.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire