17/11/2017

Je veux devenir assistante maternelle.

Je vous ai déjà parlé des démarches pour devenir ass mat, en vous racontant mon parcours et mes différents entretiens sur le blog (lire le #ProjetAssMat), aujourd'hui, je vais vous parler de ce que je dirais à un(e) ami(e), qui souhaiterait exercer mon métier.

Il y a la façade extérieure, très belle et vraie. Je fais mon métier par passion, je veux l'exercer depuis toujours donc quand je parle de mon travail cela vient vraiment du fond du coeur. Je suis investie, sérieuse, motivée. J'adore ce que je fais, et je vous le partage avec plaisir.

Mais il y a la partie immergée. Être assistante maternelle ce n'est pas "cool" car on travaille depuis chez nous. Le nombre de fois où des "pseudos amis" m'ont sorti ça... "Tu as le temps pour ton ménage!", "Tu as le temps de faire tes papiers!"... C'est sûr qu'en ayant les enfants de 9h à 20h30 chez moi j'ai "beaucoup" de temps... Non mais sans blague, quand vous êtes parents, vous avez à peine le temps de faire pipi, vous prenez les ass mats pour des supers héroïnes capables de faire tout ça?
Le ménage, je le fais à 20h30. Je suis souvent éreintée de ma journée, mais je dois passer l'aspirateur, ranger, faire des lessives, une fois les enfants partis. Ça, c'est le petit ménage de la semaine. On en parle du dimanche à tout frotter plusieurs heures, plier le linge, cuisiner des bons petits plats, car la maison d'une assistante maternelle se doit d'être impeccable? En tant que parents, beaucoup s'autorisent un lâcher prise (et ils ont bien raison), sauf que la plupart des parents employeurs, attendent une maison propre pour leurs bambins. Et c'est bien normal que la maison soit propre quand on accueille des jeunes enfants. Alors bien sûr, ma maison est impeccable le lundi matin. Et est aussitôt en bazar le lundi midi. "Excusez le bazar les enfants se créent des souvenirs", une bien belle citation mais les enfants doivent aussi grandir dans un environnement rangé et sécurisé. "Tu as du temps pendant la sieste"... Que fais une ass mat pendant la sieste? Je mange à 14h quand ils dorment tous, si j'ai le temps je bois un café, et surtout je range les jouets qui traînent, je fais la vaisselle et je prépare le goûter. Ha oui, on a le temps de se la couler douce... ou pas! Pour en revenir à l'administratif, je m'autorise à regarder les papiers concernant le travail si par miracle ils dorment deux heures. Gérer les plannings, les changements de contrats, calculer les indemnités, prévenir la PMI des entrées et des sorties... Je me l'autorise car le vendredi soir jusqu'au lundi matin: je déconnecte. Alors oui effectivement j'ai du temps pour mes papiers... ce qui représente mon travail en fait... donc peut on parler de "temps" pour ça? Non. Être ass mat ce n'est donc pas avoir plein de temps pour soi à la maison. Pas quand on s'investit comme je le fais en tout cas.  Ça il faut bien le savoir avant de s'engager. C'est un travail prenant, votre temps libre se fait rare... 

Ajoutez à cela, votre maison investie. Votre entrée qui sera toujours sale à force des allers et retours, il y aura toujours des jouets partout, les affaires des enfants, du linge, des dessins, des photos... Si vous tenez à votre déco et à votre cocon, ne devenez pas ass mat. Accueillir les enfants c'est les garder dans un cadre familial. Ici ils font partie de ma vie la semaine. Alors je mets ma déco fragile, mes télécommandes, mon téléphone en hauteur. Je dis au chat de se planquer dans la chambre, car de 9h à 20h30, la maison leur appartient. Ici les enfants se sentent comme chez eux, et c'est que j'ai réussi ma mission de bien les accueillir. Ils peuvent aller dans toutes les pièces librement, exceptée ma chambre (qui d'ailleurs est actuellement squatter par PtitChat pour les siestes), et font comme chez eux, en sécurité, matérielle et affective. Je parle de l'envahissement normal des enfants, mais nous pouvons parler des parents. J'ai pour le moment beaucoup de chance, mais nombreuses sont les collègues qui doivent faire avec des parents qui se croient comme chez eux, ouvrir la porte sans frapper, se servir dans les placards et marcher partout avec leurs chaussures bien sûr...

Il faudra aussi que votre conjoint accepte votre métier. Ce qui est loin d'être facile. Pour tout vous dire, avant j'étais avec un homme qui avait déjà du mal à garder sa propre une fille une semaine sur deux, alors si j'avais été ass mat à cette période... Cela aurait été un énième sujet de tension. Actuellement, l'amoureux est super avec les enfants que je garde. Il est présenté aux parents car pour moi c'est très important pour l'enfant et sa famille. Il prend des nouvelles des enfants dans la journée, accepte que je lui parle de tout ce que je prévois avec eux, les câline et joue avec eux aussi quand il est là... D'ailleurs je pense que cela étonne les parents de le voir si présent, alors que nous n'avons nous même pas d'enfants, ni de neveux et de nièces. Et je sais que sur ce point j'ai beaucoup de chance, car ce ne sont pas toutes les ass mats qui ont leur conjoint qui accepte avec autant de facilité toutes les contraintes du métier. Là encore, si vous avez des enfants, il faudra jongler avec les vôtres et les enfants accueillis pour que tout le monde ai son équilibre. 

Parlons salaire... Être assistante maternelle c'est travailler beaucoup, plus de quarante voir cinquante heures par semaine pour espérer se tirer un salaire convenable. Si vous vous attendez à des horaires de bureau, ne devenez pas ass mat. Cela dépend des régions, des tarifs, mais je travaille de 9 à 20h30 pour un salaire correct. Et tout ça dans la précarité, car un contrat peut s'arrêter du jour au lendemain. Vous ne pouvez pas être certaine non plus d'être payé à temps, et si les parents ne vous donnent pas votre salaire, vous devez continuer à accueillir l'enfant car un refus de garde sera considéré comme une faute professionnelle, vous serez licencier. Que du bonheur hein?

Voici la partie cachée du beau métier de nounou... Alors si après tout ça, vous avez envie de continuer à être assistante maternelle, bravo, vous ferez cela pour la passion, l'amour, les enfants, et je serai ravie de vous accueillir par nous. Si vous êtes parents employeurs et que vous passez par là: chérissez votre nounou si votre enfant est heureux d'aller chez elle, car comme vous l'avez vu, c'est loin d'être un métier facile.

13/11/2017

Gâteau à la crème de marrons.

L'hiver est bien installé ici... Nous sortons de moins en moins avec les enfants, et aujourd'hui le temps était si terrible que nous sommes restés au chaud pour faire un bon gâteau à la crème de marrons. Voici la recette:


2 oeufs
100g de farine
100g de sucre
100g de beurre
1 sachet de levure
1 petite boîte de crème aux marrons
En option: deux bouchons de rhum

Dans un bol, mélangez la farine, la levure, et le sucre. Rajoutez les oeufs, le beurre fondu, la crème de marrons. Versez la préparation dans un moule fariné, faire cuire 40 minutes à 150°. Et voilà un gâteau parfait pour les goûters d'hiver des petits et grands frileux.

08/11/2017

30.

Bon bah voilà les gars, j'ai 30 ans. Et ça va j'ai survécu. La moitié des messages me traitait de vieille, je vous retiens. Le vrai truc qui m'a mis un coup de vieux, c'est les meilleures copines qui te rappellent les dizaines d'années d'amitié. Là ouais, tu te dis que le temps passe. Mais sinon 30 ans c'est plutôt cool comme âge!

A 20 ans,  je me voyais déjà en mère de famille, un peu une Lynette Scavo superwoman qui jonglerait entre tous ses marmots. Résultat: je jongle avec des marmots mais ce ne sont pas les miens. Dix ans plus tard, je suis heureuse de ne pas avoir la vie que j'espérais à 20. Ne pas être mariée, ne pas avoir d'enfants à 30 ans, c'est aussi réaliser à quel point l'on s'est épanouie personnellement. J'ai eu des histoires d'amour, des ruptures difficiles, j'ai goûté un temps à la famille recomposée, j'ai eu des amants, des amis, des amours, des emmerdes. J'ai vécu des moments difficiles, j'ai galéré financièrement en tant que femme seule qui tente de réussir professionnellement, mais je m'en suis sortie. Les hommes m'ont fait souffrir comme jamais mais je me suis relevée. Beaucoup plus forte, beaucoup plus déterminée dans ce que je souhaitais et ce que je ne voulais plus.

Et j'arrive à 30 ans sans mari ni enfants comme la moi de 20 ans l'espérait, mais avec une force incroyable pour toutes les années qui arrivent. Je sais que je m'en sortirais toujours, parce que la vie me l'a appris. Alors non je ne vais pas vous dire que j'ai changé d'avis, bien sûr que je veux un mari (enfin "un" mari, non, lui comme mari, oui), et des enfants à moi, à nous, mais moi qui avait fait un pacte avec mon meilleur ami "Si à 30 ans je n'ai pas d'enfants, on en fait un tous les deux" parce que j'avais une peur viscérale de finir seule, périmée, sans gosses, et bien à l'heure actuelle, je sais que devenir la femme de quelqu'un et avoir des enfants n'est pas du tout la seule manière de "réussir sa vie". 

A 30 ans, je me fous (enfin!) des pressions sociales, j'emmerde les soi disant potes qui te disent "Dépêches toi de faire un gosse tu te périmes!", et bordel que c'est cool de finir le travail et de se retrouver solo chez soi le soir à regarder des séries, avec le chat, et un plateau tv, seule avec toi même. L'emménagement à deux est prévu pour l'été 2018 mais je compte bien profiter des derniers instants de ma vie à vivre seule, parce qu'il est essentiel de se sentir bien avec soi même avant de vivre à deux, cela rend bien plus heureux. Je suis tellement heureuse de voir mes copines se marier et faire des bébés, mais ma vie actuelle je l'aime aussi. On ne peut pas arrêter le temps à 30 ans? Parce que ce serait trop cool d'avoir toujours cet âge là... 

A 30 ans, je fais aussi le métier que je rêvais de faire à 20 ans. D'ailleurs avec le recul, je pense que je n'aurai pas pu l'exercer à cet âge là. Mon parcours professionnel m'a permis d'acquérir beaucoup d'expériences, de me former, pour devenir assistante maternelle, et gagner cette année, ma vie très confortablement. Tout sera à recommencer l'année prochaine mais ce n'est pas grave, j'aime les aventures... 

A 30 ans, je sais qui sont mes véritables amis. Ceux et celles qui sont là depuis plus de dix ans, et sur qui j'ai pu compter sans relâche depuis mon adolescence. Et je ne doute pas de leur présence dans ma vie dans les décennies à venir.

A 20 ans, on cherche ce que l'on va devenir, et à 30 ans, on sait ce que l'on est et ce que l'on veut. 30 ans, c'est l'âge du bonheur et de l'équilibre parfait, cette prochaine décennie sera chouette.

11/10/2017

Petites crèmes à la banane.


C'est express et super bon! Il vous faut:

- Quelques bananes mûres
- De la crème fraîche épaisse
- Du sucre roux

Dans un blender, il suffit de mixer tous les ingrédients, vos bananes avec 2 cuillères à soupe de crème fraîche, et 1 cuillère à soupe de sucre roux (facultative).
Versez votre préparation dans des petits pots en verre, mettez les au frais et dégustez les quelques heures plus tard. Gros succès pour les enfants!

12/09/2017

2 semaines à 3.

Depuis déjà deux semaines, nous sommes maintenant trois au quotidien, Loupiote âgée de 2 ans et demi, a rejoint nos journées, la Petite Souris et moi.

La première semaine a été rude... pour la Petite Souris. Partager sa nounou, les jouets, cela a été bien dur... Heureusement, j'ai deux bras et deux jambes, et largement assez de place pour toutes les deux. On a donc fait le max de câlinous à trois, voir à quatre quand le chat venait se joindre à nous pour lui aussi me faire remarquer qu'il était là... J'ai rassuré la Petite Souris tant que j'ai pu dans ce grand changement qu'est l'arrivée d'un second enfant chez nounou, et maintenant je pense qu'elle ne peut plus se passer de sa copine qu'elle réclame sans cesse. Le matin en arrivant, elle file toucher la photo de sa "Nanou" sur son casier, et la réclame jusqu'à ce qu'on aille la chercher à l'école. Les trajets se passent très bien, il y a 500 mètres entre l'école et chez moi, ce qui fait quand même 1 kilomètre aller-retour (en plus des escaliers à descendre et remonter), et la Petite Souris qui n'a que 22 mois marche très bien sans que je ne la porte. On s'arrête tous les deux mètres pour une fleur ou un chien, mais elle marche seule et c'était ma plus grosse appréhension de cette rentrée (on en reparlera quand le petit frère sera avec nous début Octobre).

Loupiote se sent plutôt bien avec nous, elle a eu quelques coups de blues et a besoin d'être rassurée mais elle est adorable et très attachante. Je vais néanmoins devoir me mettre à jour sur les dessins de licornes et les histoires de princesses.

Niveau organisation, il y a des jours qui se passent très bien et forcément certains où ça coince en fonction de la fatigue et de l'humeur de chacune, mais ça va. Mon projet était suffisamment bien réfléchi et abouti. J'ai acheté les assiettes à compartiments en forme de pomme de la marque Munchkin pour gagner du temps lors des repas, et chaque enfant a son code couleur pour les couverts / assiettes / verres / gants / serviettes / bavoirs... Nous rentrons de l'école, nous nous lavons les mains, nous mangeons, nous nous lavons de nouveau les mains, et j'installe les filles sur le tapis de jeux avec une caisse de jouets le temps que je nettoie la petite table et le sol, ensuite passage au pot, couches, histoires et sieste. C'est le moment de la journée le plus rythmée et le plus crucial car généralement les filles sont bien épuisées. C'est d'ailleurs ce moment que je redoute quand il y aura le tout petit bébé. Les filles ne s'endorment que lorsque je reste dans la chambre. L'endormissement prend cinq minutes lorsque je reste contre plus d'une heure quand je quitte la chambre (roulades sur le lit, hop je rejoins la copine dans son lit etc...). Je préfère prendre ses cinq minutes rien que pour elles et garantir du calme pour tout le monde. Là encore avec le bébé, il va falloir gérer toute la troupe. Pendant la sieste, je range, je tente de manger et de finir mon café avant qu'elles ne se lèvent car en ce moment la sieste c'est une heure maximum... Les deux filles s'entendent bien malgré leur 1 an d'écart. Cela aide la plus petite à grandir et apprendre des mots, et la grande doit être plus responsable et autonome. On travaille beaucoup là dessus: l'autonomie! S'habiller seule, mettre et débarrasser la table, aider la plus petite à mettre ses chaussures ou habiller les poupons. En choisissant de travailler avec trois âges différents, c'est ce que je souhaitais mettre en place, que chaque enfant aide les deux autres à grandir. Et je pense que l'arrivée du bébé dans deux semaines va les aider encore plus!

Et moi... Je me sens heureuse et épanouie dans mon job! C'est vrai que les journées sont longues, que deux enfants en bas âge c'est fatiguant mais du matin au soir je me répète que je suis heureuse. Et j'ai cette chance immense de faire un travail qui me passionne, je le souhaite à tout le monde car c'est une des clés du bonheur.

27/08/2017

Espelette, Ezpeletar.

Au Pays Basque, nous nous sommes rendus une demi journée sur Espelette, petit village renommé pour son piment, perdu dans le Labourd,  à seulement 10 kilomètres de la frontière espagnole. C'est une région très verte avec beaucoup de moutons, brebis et de pottoks (des poneys), énormément d'arbres, nous sommes vraiment dans les Pyrénées, aucun doute!

C'est un village vraiment très joli. Les maisons sont basques et typiques, recouvertes de piments qui sèchent. Le blanc et le rouge dominent. Il y a une très jolie balade à faire au sein du village, et vous pouvez bien évidemment acheter du piment d'Espelette (AOP) dans les nombreuses boutiques. Le piment a remplacé le poivre depuis cinq siècles au Pays Basque... Ma belle mère (basque) en met dans bon nombre de ses plats... et moi après une semaine là bas, le piment est aussi adopté...

Nous avons pu découvrir une exposition dédiée au piment également. L'occasion de retracer l'histoire du piment d'Espelette, de le placer en comparaison des autres piments, ainsi que de le sentir et le goûter. Il y a un espace pour les enfants, afin que les parents profitent de l'expo commentée. Et un coin à senteurs très ludique pour les adultes comme les plus jeunes: 4 odeurs à sentir une à une (tomate, poivron, pain grillé, foin séché) qui composent au final l'odeur du piment d'Espelette. La responsable de l'expo est très sympa et je suis même repartie avec des fiches recettes dont des desserts au piment que j'ai hâte de tester.

Vous trouverez donc du piment à Espelette mais aussi tous les produits dérivés: du sel au piment, des piments frais, de la moutarde, du chocolat... ainsi que tous les grands basiques de la gastronomie basque: pâté basque, confitures de cerises noires, fromages de brebis (vous avez de nombreuses fermes sur la route menant à Espelette, n'hésitez pas à vous arrêter chez les producteurs locaux).


Nous avons mangé dans un des restaurants les plus renommés d'Espelette: le restaurant Euzkadi. La décoration est typique et pittoresque, et les plats traditionnels. Nous avons très bien mangé. L'amoureux a pris un axoa (à prononcer "achoa"), qui est un émincé de bœuf avec épices, piments, poivrons et oignons. Pour ma part, j'ai choisi une cuisse de canard laqué au vinaigre de cerises, une pure tuerie. En dessert, nous sommes restés dans le traditionnel avec le gâteau basque à la crème pâtissière, qui était vraiment délicieux.

Nous avions également prévu la visite de la chocolaterie Antton, que nous n'avons malheureusement pas pu faire par manque de temps. C'est une chocolaterie très réputée là encore pour son chocolat au piment d'Espelette. L'atelier se visite, si vous avez l'occasion, n'hésitez pas.

Bref, si vous aimez les jolis petits villages, la bonne gastronomie, n'hésitez pas, et mettez Espelette sur vos visites du Pays Basque!

♥ Hôtel Restaurant Euzkadi
285 Karrika Nagusia
64250 Espelette

♥ Chocolaterie Anton
105 Merkatu Plaza
64250 Espelette

♥ Epicerie Fine Lurretik
55 place du jeu de Paume
64250 Espelette

20/07/2017

Tu vas tomber!

Il y a dix ans, quand j'ai commencé à garder des enfants en tant qu'animatrice de centre de loisirs, je n'étais pas la même que je suis aujourd'hui. J'avais très peu de patience, aucune expérience... Au fil des années, j'ai évolué énormément, et j'ai beaucoup appris. Mon expérience en crèche a été source de beaucoup de connaissances et de techniques professionnelles. Je sais que l'ass mat que je suis aujourd'hui est guidée par les pratiques professionnelles vues chez mes anciennes collègues, les auxiliaires de puériculture et leur douceur, et les éducateurs de jeunes enfants et leur pédagogie...
En travaillant seule depuis quatre ans, j'avais peur de m'enraciner dans mes bases et de ne pas évoluer. Mais je me rends compte que j'apprends au fil du temps, même en travaillant seule, car il est essentiel pour une professionnelle de se remettre en question. La bienveillance est un de mes principes clés au quotidien alors qu'il y a quelques années, je ne savais même pas ce que c'était. 

Je suis toujours positive avec ma petite souris. Quand elle est arrivée à la maison, à dix mois, elle ne voulait qu'être assise, et qu'on la fasse marcher... Je ne savais même pas si elle savait se retourner au sol! Les premiers jours, couchée au sol, en motricité libre, ont été difficiles. Mais j'étais positive et je l'ai encouragé. Je l'ai toujours poussé à faire les choses, à l'encourager, la féliciter. Et à 20 mois, je continue à le faire. Alors oui, monter sur le tobbogan à l'envers, certains parents hurlent, mais moi, je la laisse faire. Ca glisse, mais ce n'est pas grave. On apprend. Et quel beau défi d'arriver à remonter le tobbogan à l'envers non? C'est comme escalader le Mont Blanc! Faire de la balançoire en se tenant seule à 20 mois, c'est aussi dangereux, on peut tomber, mais... quelle fierté de le faire seule, et surtout, je lui fais confiance. Faire confiance à un enfant est important pour qu'il grandisse en s'épanouissant...

Si je vous raconte ça, c'est parce qu'au parc, je vois trop souvent de la malveillance, et j'ai de plus en plus de mal à entendre tout ça.

- Tu vas tomber! 
- Tu es tombé je te l'avais dit!
- Non tu ne fais pas tout seul!
- Tu es trop petit!
- C'est bien fait!

Une petite fille de deux ans et demi ce matin, était au parc, en compagnie de sa nounou (qui était sur son téléphone) avec deux autres petites filles de quatre ans. Forcément la deux ans voulait suivre les grandes de quatre ans... Donc elle a grimpé le mur d'escalade seule, et est arrivée à atteindre le tobbogan! Et bien devinez quoi? La pauvre gamine s'est fait engueuler comme jamais par son ass mat (toujours au téléphone) car "Non tu n'as pas le droit de faire seule!". Il y a eu tellement de fierté dans le regard de cette petite lorsqu'elle a monté le mur, et tellement de tristesse d'un coup, lorsque son ass mat est venue la disputer... Elle a monté le mur seule à deux ans pour suivre ses copines! Alors oui, toi, l'adulte responsable, tu trouves cela dangereux mais juste: fais lui confiance, félicite la quand elle y arrive et rappelle lui qu'il faut rester prudent.

J'ai eu de la peine en voyant cette scène. J'ai souri à la petite, et je lui ai glissé un bravo discret lorsque sa nounou est repartie avec son téléphone en disant "que ce n'était pas possible d'être aussi polissonne". Cette petite fille a eu le regard éteint... Puis j'ai vu celle que je garde. Qui était entrain d'escalader une balançoire. Je suis allée vers elle, je l'ai encouragé, comme elle n'y arrivait pas, je lui ai demandé si elle avait besoin d'aide. lorsqu'elle m'a répondu positivement, je l'ai aidé, et je l'ai poussé sur la balançoire en lui rappelant de bien se tenir pour ne pas tomber... 

C'est en fréquentant des personnes bienveillantes, que j'ai appris. La première réaction que j'ai eu en voyant l'attitude de cette femme, c'était de vouloir partir du parc car je ne supporte plus les personnes qui agissent de cette façon avec les enfants... Et si moi j'ai appris au contact de personnes bienveillantes, il fallait que je lui montre comment moi je me comportais... Je ne sais pas si des formations sur la bienveillance existent, mais il serait bien de sensibiliser beaucoup d'ass mats à cette pédagogie, parce que parfois j'ai envie de hurler dans ce que je peux voir au parc, ou sur les groupes Facebook d'ass mats (le mal)... 

Pour aller plus loin dans ce que je dis, je vous conseille d'aller lire l'article très complet sur les douces violences sur le blog de Famille Epanouie.

17/07/2017

Deux jours avec elles.

Il y a un an, j'écrivais cet article, en pensant ne plus jamais les garder. Les revoir oui, mais les garder non... Puis le hasard fait que leur maman avait besoin de les faire garder, et c'est donc à moi qu'elle a demandé... Deux jours et une nuit à la maison, Autant vous dire qu'on a profité un maximum avant de se dire de nouveau au revoir pour de longs mois.

Leur présenter la petite souris - dessiner des arcs en ciel et des coeurs à la craie - faire du tobbogan ensemble - préparer un gâteau au chocolat pour leurs 4 ans - souffler des bougies - découvrir leurs copains et leurs maîtresses avec leurs photos de classe - voir toutes les connaissances acquises dans l'année avec leurs cahiers que maman a glissé dans la valise - apprendre que J veut devenir chanteuse et L, princesse - fabriquer des baguettes magiques - improviser un spectacle- chanter Libérée, délivrée... - leur prêter mes Pollypockets et mes petites poneys - apprendre que la couleur préférée de J est toujours le violet - leur raconter des histoires avant de dormir - les regarder s'éclater dans le manège où l'on avait l'habitude d'aller - ramasser des écorces d'arbres pour peindre dessus - découvrir leur passion pour les licornes - se créer de nouveaux souvenirs -  profiter totalement de ces moments avec elles...

16/05/2017

Assistante maternelle: choisir de présenter son conjoint.

Vendredi dernier, avait lieu une seconde rencontre avec ma Loupiote et ses parents, qui fut également l'occasion de leur présenter l'Amoureux. Seulement quand j'en ai parlé sur Twitter, je me suis aperçue que c'était une démarche étonnante et peu courante chez les assistantes maternelles...

Alors, pourquoi leur présenter mon conjoint?

Ma Loupiote est une grande petite fille, elle aura 3 ans d'ici la fin de l'année. Je souhaite qu'elle se sente bien avec moi, chez moi et également avec les personnes qu'elle sera amener à rencontrer ici. Il était donc évident pour moi de lui présenter. Je trouve cela important, elle va arriver en Septembre chez une personne qu'elle n'aura vu que quelques fois avec ses parents, dans une maison qui lui est étrangère, avec des enfants qu'elle ne connait pas, alors pour le plus de bienveillance possible, et pour qu'elle se sente au mieux, j'ai pris cette décision naturelle de faire des présentations.

J'ai organisé cette rencontre pour ma Loupiote mais aussi pour ses parents. Je pense qu'en tant que parents, il est plus agréable de rencontrer les personnes qui vont être en contact avec leur enfant lors d'une rencontre formelle plutôt qu'en coup de vent, debout dans le couloir, en venant déposer ou récupérer leur enfant.

D'ailleurs le rendez vous s'est tellement bien passé que nous avons parler pendant plus de deux heures tous les quatre. Du contrat évidemment, de la convention collective, des horaires, du salaire et de la petite. L'occasion aussi pour moi de savoir avec quels parents je vais travailler. Les mêmes valeurs éducatives et le respect employeur / employé sont un point très important... Pendant ce temps là, ma Loupiote a retourné toutes les caisses de jouets, et s'est sentie très bien. J'ai même eu droit à un bisou en partant... Adaptation programmée à mon retour de vacances fin Août.
J'ai fait le choix d'un accueil professionnel mais aussi familial, je prends soin des enfants que j'accueille avec le même respect et la même bienveillance que je souhaiterai avoir pour mes enfants. Et la sécurité affective est très importante pour moi, et cette démarche était nécessaire selon moi, après libre à chaque professionnel d'agir comme il le souhaite...

D'ailleurs la petite souris qui a maintenant 18 mois est bien habituée à la maison et elle se sent chez elle. Et c'est la preuve que l'accueil est réussi. Je souhaite que ce soit la même chose pour tous les enfants que j'accueille. J'ai hâte d'être en Septembre pour passer à deux enfants, puis trois en Octobre. Une chouette aventure!

21/03/2017

Week-end dans les Alpilles.

Ce week-end nous étions invités par une amie de L'amoureux pour découvrir les Alpilles. Nous avons passé un superbe week-end en Provence, le beau temps et la bonne humeur étaient au rendez-vous, j'ai passé de supers moments et fait de jolies rencontres (merci le mojito qui a un peu aidé, parce que bon, être à l'aise avec 12 personnes qu'on rencontre pour la première fois, c'était un peu la grosse épreuve pour moi!).

Nous avons pris la route en amoureux vendredi et nous nous sommes arrêtés à Avignon. Nous n'avions rien prévu, quelques indications donnés par ma TL sur Twitter, et finalement nous avons passé un super après-midi. Nous nous sommes garés au Palais des Papes puis avons déambulé dans les rues d'Avignon avec la visite de la basilique qui est absolument superbe. 


Le lendemain matin, découverte des beaux villages des Alpilles. Eygalières que j'ai beaucoup aimé, suivi des Baux, un des plus beaux villages de France. La vue près de la Vierge à Eygalières est superbe.

Eygalières
Eygalières.
Les Baux.
La vue depuis Les Baux.
L'après-midi direction Aureille pour une randonnée dans les Alpilles, qui fut assez épique mais j'en garde un merveilleux souvenir. J'en ai bavé pour grimper (c'est clairement le mot, j'ai fini à quatre pattes le parcours tellement la pente était rude), mais la vue était absolument inoubliable. Vous voyez les paysages dans La Gloire de mon Père? Et bien c'était ça. Sublime et magique avec les taureaux au milieu des Alpilles.


Après cette longue journée, le barbecue et l'apéro furent bien mérités! Le lendemain, c'était reparti pour la vadrouille avec la découverte de Saint-Rémy de Provence que j'ai adoré.


Voilà pour ce week-end provençal riche en dépaysement! Le prochain week-end prévu sera savoyard et haut savoyard en Mai. J'ai déjà hâte, car la France regorge vraiment de merveilles et de belles rencontres...

08/03/2017

Ass Mat depuis six mois, le bilan.

Ca y est, on a passé les six mois! Alors il est temps de faire un petit bilan.

Je n'ai toujours qu'un seul contrat avec ma petite souris, mais cela va s'arranger dès Septembre où j'accueillerai son petit frère, passant ainsi à deux contrats, mes deux places de mon agrément actuel seront donc remplies. J'ai une proposition pour une garde d'une petite fille en périscolaire, pour cela j'attends la réponse pour ma demande de modification d'agrément... Je rencontre l'assistante sociale le 22 Mars, je croise les doigts pour que cela me soit accordé, et ainsi passer à trois enfants! J'ai vraiment eu un coup de coeur pour la famille rencontrée, et j'espère vraiment que je saurai convaincre la PMI de mes capacités à m'occuper de trois enfants. Ce qui risque encore de me poser un problème c'est ce premier étage sans ascenseur... Mais j'ai mes arguments et je compte bien faire appel si jamais la réponse est négative.

En six mois, j'ai bien trouvé mes marques et j'ai une bonne organisation. Les journées sont rythmées, la petite souris évolue à son rythme et on passe les étapes petit à petit. Elle marche depuis une semaine! Je suis heureuse de la voir progresser, grandir... Elle change de plus en plus. Elle est dans un âge que j'aime beaucoup, je la surnomme Godzilla quand elle me démolit l'intégralité de la maison (les meilleurs jouets sont les télécommandes et les placards, et quelle idée a eu Ikea de faire des protège-coins en forme de mains? Je passe ma vie à les remettre). On sort beaucoup, je fais connaissance avec  parents et assistantes maternelles du quartier. Moi qui suis timide et qui n'aime pas trop me mêler à des inconnus, je sors le plus souvent possible pour aller à la rencontre des autres et j'adore ça. Nous allons toutes les semaines à la médiathèque, au parc deux fois par jour quand la météo nous le permet. Je prends le temps de m'occuper d'elle, et c'est un réel plaisir d'écouter ses besoins. La bienveillance a un effet bénéfique sur elle et sur moi. Je suis une ass mat zen, épanouie et heureuse de faire ce qu'elle fait.

Je n'ai que du positif à tirer de ces six mois. Le seul truc négatif c'est donc l'unique contrat mais ce ne sont pas les propositions qui manquent et cela m'encourage à me battre pour faire ce que j'aime. Je fais de ma passion mon travail et ça, c'est vraiment génial. Alors même si les fins de mois (voir les milieux de mois en fait) sont difficiles, j'avance, je garde espoir et je continue avec le soutien de mon amoureux et de ma famille. Tous les collègues me l'ont dit: la première année, accroches toi! Alors je tiens, et je n'abandonnerai pas. Et je continue de partager avec vous mon quotidien d'ass mat par ici. Avec de belles nouvelles bientôt hein, on oublie pas de croiser les doigts le 22!

04/03/2017

9.

Dans dix jours, tu auras 9 ans. Neuf ans! Et comme chaque anniversaire, je pense à toi. Je parle encore de toi mais beaucoup moins qu'avant. Le temps fait son effet, et peu à peu je fais le deuil de cette période de ma vie où j'étais ta belle mère et toi ma belle fille. Le plus dur cela a été de ne plus te voir, et je suppose que pour toi, cela a été tout aussi difficile, un jour peut être je pourrais t'expliquer tout ça, mais pour l'instant je sais bien que je n'ai aucune place à avoir dans ta vie. Je suis juste un peu peinée que tout cela ai été brutal pour toi, d'être coupée de ta stabilité, de ton second foyer, parce que moi je l'avais décidé. Je pense souvent que tu dois me détester, mais je comprends, c'est normal, tu avais 7 ans, je quittais ton papa, je lui demandais de quitter notre maison, et il était impossible pour moi de faire semblant, de jouer à la petite famille recomposée parfaite, alors qu'au fond je cachais mes blessures, ma douleur, ma tristesse. Ecrire ici m'a toujours fait du bien, car je peux dire ce que je ressens, même si tu ne lis pas ses mots, mais au moins j'évacue ce que je ressens, et je sais qu'à présent le chapitre est clos. J'ai fait mon deuil de ton sourire, de ta présence, de ta joie de vivre, de ton rire, de tes je t'aime... Parfois je parle de toi et je rends sans doute les gens mal à l'aise, mais pour moi tu resteras toujours un agréable souvenir malgré tous les tracas de la famille recomposée, une bulle de souvenirs que je n'ai en aucun cas envie d'oublier. Le temps passe, les blessures se referment, et je pense encore à toi cette année pour ton anniversaire. Bon anniversaire ma Lili, que ta neuvième année soit merveilleuse.

16/02/2017

Défi Green Blog, petit bilan de parcours.

- Je fais mes compotes et mes desserts le plus souvent moi même. J'ai hâte de pouvoir m'acheter une yaourtière.


- Je cuisine à chaque repas.

- J'ai désencombré mes placards et mes tiroirs avec la méthode KonMari. L'astuce de "cet objet me rend-t-il heureux?" est très efficace et cela fait du bien de faire du tri. C'est fou tout ce qu'on accumule au fil du temps. Je stocke les affaires que je ne souhaite plus pour les vendre en vide grenier dès que les beaux jours seront de retour!

- Je me suis débarrassée de beaucoup de plastique, notamment en cuisine. J'ai abandonné aussi quelques moules en silicone...

- J'utilise une litière écologique pour mon chat qui est biodégradable et à base de copeaux de bois. 

- J'ai acheté dans le livre Famille Zéro Déchet pour faire mes premiers produits fait maison. J'ai eu envie en le feuilletant de tester toutes les recettes donc il me le fallait absolument! Je suis en pleine lecture mais j'espère déjà pouvoir arriver à convaincre mes parents de le lire par la suite, eux qui ne sont pas du tout sensibilisés à l'écologie (est ce une question de génération?).

- Je réfléchis à mes achats concernant le travail, j'évite à tout pris le plastique. Mes derniers achats ont été des jeux en bois et des fruits et légumes en tissu. Et j'ai là encore hâte que les vide greniers reprennent pour réutiliser des jouets qui ne trouvent plus d'utilité chez les autres.

- J'utilise beaucoup de récup pour mes activités avec les enfants. Papiers cadeaux, cartons, bouteilles... On peut faire tellement de choses avec! D'ailleurs si vous fouillez dans mon tableau Pinterest Activités à faire avec les enfants, vous trouverez beaucoup d'idées!

Allez on continue les bonnes actions pour la planète, si vous avez des astuces je prends avec plaisir.

13/02/2017

Bien choisir son assistante maternelle.

J'ai souvent des articles sur ce thème côté parents, alors j'ai décidé de faire le même côté assistante maternelle. D'ailleurs faire un article "Bien choisir les parents avec qui l'ont décident de travailler" pourrait tout aussi être sympa, je vais y réfléchir.

Mes copines me demandent souvent des conseils pour la garde de leurs enfants. Je dois avouer que les premières questions des parents c'est souvent la localisation de la nounou et aussi son prix. Côté ass mat et surtout côté bien être, je ne vois pas tout à fait les choses de la même façon... Alors voilà selon moi, les points essentiels que vous devez retenir pour choisir votre assistante maternelle afin que tout ce passe bien entre elle, vous, et votre enfant.

- Il est bien de connaître son parcours professionnel et surtout de savoir pourquoi est ce qu'elle (ou il d'ailleurs! Coucou Papa_AM35!) fait ce métier. Comme dans tout entretien professionnel, vous êtes en droit de demander un CV, ce que je trouve parfaitement normal d'ailleurs, je le fournis toujours lors de mes entretiens. Connaître son parcours vous permettra de savoir si la personne que vous rencontrez fait ça par vocation ou bien par "facilité" (beaucoup de mamans décident de devenir ass mat après la naissance de leurs enfants par difficulté de mode de garde et / ou l'envie d'être auprès de ses petits, ce qui est d'ailleurs tout à fait compréhensif). Ce point est important car s'occuper des enfants des autres et de ses propres enfants est différent, car ce n'est pas toujours un métier facile et l'important c'est l'amour et l'attention que la personne sera capable de donner à l'enfant accueilli.

- Si vous avez le CV, évidemment vous vérifiez les références et appeler les précédents parents employeurs. Déjà pour vérifier les compétences de la personne, et ensuite parce qu'un retour parent vous rassurera forcément pour votre décision de garde éventuelle. Si votre assistante maternelle n'a pas d'expériences professionnelles auprès d'enfants, ne vous arrêtez pas à cela non plus, tout le monde mérite sa chance, c'est aussi surtout une question de feeling et de vocation!

- L'assistante maternelle doit vous fournir une copie de son agrément qui doit être en cours et validé à la PMI. Si vous avez un doute il suffit de les appeler. A savoir qu'en l'absence d'un agrément en règle, vous ne recevrez aucun remboursement de la part de la CAF. Pajemploi vérifie notre agrément lors de notre enregistrement, et si l'agrément n'est pas valable vous ne pourrez éditer de bulletin de salaire. Vérifiez également que l'assistante maternelle a bien effectué ses premières 60h de formation qui sont obligatoires avant d'accueillir le premier enfant. Et sachez que par la suite, elle devra s'absenter 60h de plus pour valider sa formation. Les personnes titulaires du CAP Petite Enfance sont dispensées de formation.

- Le lieu où l'enfant sera accueilli est aussi important. L'assistante maternelle doit vous faire visiter son logement, mais uniquement les pièces où l'enfant ira. Par contre, s'il n'y a pas de lit pour enfant dans sa chambre à coucher, elle n'a pas à vous la montrer, le parent employeur doit aussi respecter la vie privée de l'assistante maternelle. Hors de question d'ouvrir le frigo ou le placard, et par la suite, si vous l'employez, sa maison n'est pas un moulin, on sonne, on attend que la personne vous ouvre, et on patiente souvent dans l'entrée. Je pense d'ailleurs que ce respect est vraiment important, je lis tellement des histoires ubuesques sur les groupes Facebook des ass mats à ce sujet là. Le logement doit être sécurisé, propre, et il faut que l'enfant y ai sa place. Si vous êtes réfractaires avec les animaux, réfléchissez bien avant de vous engager. Personnellement j'ai un chat et j'annonce clairement lors du premier entretien que mon chat n'est pas enfermé dans une chambre lors de l'accueil des enfants, qu'il fait partie de la famille, que j'apprends à l'enfant à le respecter, et que oui, malgré tout le temps que j'accorde à la propreté chez moi, il peut arriver que l'enfant revienne avec des poils de chat (les joies du quatre pattes). 

- Dernier point et un des plus important: le feeling. Ne choisissez pas votre nounou pour son prix, sa localisation, même si oui ça compte, mais le plus important c'est la confiance que vous lui accordez. Vous allez confier à cet homme ou à cette femme, ce que vous avez de plus cher au monde, alors vraiment écouter votre coeur avant votre porte-monnaie ou votre flemme de faire cinq minutes de plus de transport. C'est la base pour une relation saine et c'est vraiment pour moi le plus important. De mon côté, c'est pareil. Oui je cherche des contrats intéressants mais j'en ai refusé car je n'avais pas de feeling avec les parents. Et je ne me vois pas garder un enfant en ne m'entendant pas avec ses parents. Mais peut être que sur ce point je ne suis pas assez "pro" et je laisse le côté affectif prendre le dessus. Mais quand on est nounou, l'affect c'est important. Et moi aussi j'écoute mon coeur dans ces cas là. 

Je serai curieuse de connaître en commentaires vos critères pour recruter votre assistante maternelle. J'espère en tout cas que cet article aura aider quelques jeunes parents passant par là...

02/02/2017

Ma journée chez Nounou. B, 15 mois.

9H_ J'arrive chez ma Nounou qui nous accueille avec ma maman dans l'entrée de sa maison. Ma nounou y installe le matelas à langer comme ça ma maman me pose et me déshabille en même temps qu'elle raconte ma nuit et comment je vais. Puis je tends mes bras à Nounou, je fais un bisou à Maman avec le méga sourire de coquine qui les fait tous fondre, puis je ferme vite la porte car moi je veux aller voir le chaaaaaat, j'adore trop le chat, et le matin quand j'arrive, le chat vient toujours me sentir et moi je lui fais un bisou ou une caresse, je rigole aussi car les moustaches ça me chatouille.
Nounou me pose près des jouets et range mon repas et mon goûter que Maman a apporté. Je croquerai bien dans la banane, mais on m'a dit que la peau de banane c'était pas bon, moi j'adore!

9H _ 9H30 On joue ensemble avec ma Nounou sur le tapis de jeux du salon. Elle a installé mes jeux préférés pour que l'accueil se passe bien et que j'ai tout de suite envie d'aller jouer. Ma passion en ce moment c'est mon bébé, il pleure quand j'appuie sur son ventre. Cela tombe bien vu que je vais être grande soeur! Je vais un peu embêter le chat, Nounou me dit qu'on ne doit pas embêter le chat lorsqu'il fait dodo. Alors je décide d'aller vider les livres de ma bibliothèque.

9H30_ Nounou a compris le signal: je veux qu'on me lise une histoire. Enfin une histoire... Moi j'adore trop ça, alors je veux lire tous les livres!!! Mon préféré c'est le Petit Roro, avec pleins de mots rigolos qu'on me dit tout le temps: doudou, toutou, caca, papa, maman, tata, nounou, cracra... Nounou me le lit au moins dix fois par jour, j'adore trop je vous ai dit.

10H_ Je baille alors c'est l'heure d'aller au dodo. Nounou m'installe sur le matelas à langer pour me déshabiller et voir si ma couche a besoin d'être changé. Je secoue les mains, car je veux une chanson! J'aime autant les chansons que les histoires! Et en ce moment, ma Nounou est trop fière car je sais faire le grand cerf! Elle est tout heureuse quand je mets mes mains sur ma tête. Non mais les adultes, je vous jure, il en faut peu...

10H_ 12H Dodo. Je râle un peu mais je suis bien dans ma chambre, ma gigoteuse, mon doudou, la couverture de ma maman que je caresse, et ma petite musique. Des fois, j'appelle le chat, Nounou dit qu'on est des coquines toutes les deux!

12H_ Je me réveille toujours de bonne humeur, les yeux grands ouverts comme si je redécouvrais ma chambre! J'essaie de faire du charme à Nounou pour toucher les décorations de ma chambre, ça marche, elle m'emmène partout où je tends la main, mais bon, il y a des choses que je n'ai pas le droit de toucher. Mais c'est beau. Quand elle me donne la boule à neige avec le petit bébé dedans, je suis trop heureuse! Nounou me rhabille et me pose sur mon tapis pour jouer pendant qu'elle réchauffe mon repas.

12H15_ J'ai faim, alors je le fais savoir.

12H20_ On passe à table, et en ce moment on mange en tête à tête avec ma Nounou. A 15 mois, je sais manger avec ma cuillère,  mais des fois je mange avec mes doigts car c'est encore un peu dur surtout les pâtes!

13H_ Le repas est fini, Nounou s'active à ranger et nettoyer pendant que je joue tranquillement. Souvent après manger, on écoute de la musique et on fait des jeux libres pour que j'apprenne à jouer toute seule, c'est important pour "que je me construise" qu'elle dit.

14H_ C'est l'heure de ma seconde sieste! C'est qu'à force de faire du quatre pattes dans toute la maison, je suis épuisée! Nounou aussi me dit qu'elle est fatiguée, je ne vois pas pourquoi, c'est chouette de me courir après pouvoir aller partout où je veux!

16H_ Je me réveille et c'est l'heure du goûter. Nounou se fait un petit thé, que j'ai souvent envie de goûter, mais je suis encore trop petite, vivement que je grandisse! J'adore le goûter parce que c'est aussi l'heure où le chat a fini sa sieste, donc il essaie de venir chiper mes petits beurres. Ma nounou le chasse, mais moi je lui tend mes biscuits et je lui jette des miettes par terre.

16H20_ Nounou nettoie et moi je me sauve dans la chambre pour jouer! Dans ma chambre, j'ai droit d'y aller toute seule car tout est sécurisé, mais Nounou trouve ça fou que je veuille toujours y aller quand justement elle, elle aimerait bien m'avoir sous ses yeux!  Mais elle n'a pas compris ma ruse: comme ça je sais qu'elle nettoie encore plus rapidement et comme ça elle peut jouer avec moi!

16H30_ Allez hop c'est parti pour la balade! Souvent on va au parc ou à la médiathèque, je les fais tous craquer là bas.

17H30_ On est à la maison, au chaud! Nounou m'installe une petite activité: du dessin, des gommettes, de la pâte à modeler, des jeux de transvasement ou les mosaïques avec les pions de couleurs a enfoncé sur la grille, j'aime bien ça! 

18H_ Nounou ramasse les trucs que j'ai lancé par terre, pendant que je vide les paniers de jeux du salon entre deux "N'embêtes pas le chat!". C'est le retour des jeux libres.

19H_ Nounou me met en pyjama. La journée commence à être longue mais c'est bientôt l'heure de dîner. Nounou me réchauffe ma soupe, et je la bois dans ses bras vers le coin à histoires. Vous devinez ce que je réclame ensuite? Ouiiiii des histoires!

20H_ Maman ou Papa arrive. Je suis fatiguée, et je crois que ma Nounou aussi! A demain!