06/10/2016

La visite chez ma génialeraliste...

Je ne vais que rarement chez le médecin, étant donné que je ne suis jamais malade (j'ai passé ma première année en crèche à enchaîner gastros et angines, alors je remercie chaque jour mon petit système immunitaire qui bosse bien à présent), et hier, j'avais une visite de contrôle, pour savoir si tout va bien.

Je n'y étais pas allée depuis un an, et le dernier bilan complet date d'il y a trois ans déjà, et j'avais besoin de voir ma généraliste également pour parler de mon poids. Elle est absolument géniale elle et ne me culpabilise jamais, ce qui est rare et génial. J'ai passé toute ma vie à trinquer avec des médecins qui ne comprenaient absolument pas mes soucis (ou ne voulaient pas les comprendre). Pour eux, la solution était de cesser de manger, d'enchaîner les régimes qui n'ont fait que me rendre plus malheureuse que je ne l'étais déjà. Et quand j'ai rencontré MA génialeraliste (ohoh ça c'est du jeu de mot dis donc!), j'ai su dès les premières visites que je pouvais lui faire confiance, qu'elle ne serait pas dans le jugement et qu'elle ferait tout pour que je sois bien dans ma peau. 

Parler de mon poids n'est avec elle, pas un tabou. Je suis arrivée dans son cabinet et les premiers mots ont été basés sur ça, mon poids. Je voulais me peser, alors que d'habitude elle me laisse le choix. La dernière fois, je savais que j'avais repris du poids, je lui avais dit que je ne me sentais pas bien, et elle m'a rassuré, en me disant de ne pas me baser sur un nombre. Mais cette fois ci, j'ai insisté car je voulais savoir. Et justement réaliser ce nombre car je savais que j'avais repris du poids. Donc c'est sans surprise que j'ai vu s'afficher 9 kilos de plus sur la balance par rapport au dernier poids que j'avais retenu. Je n'ai pas fait un drame de ces 9 kilos. Ce n'est pas grave, ce n'est qu'un nombre. Ce qui est grave c'est ce problème avec la nourriture qui me gâche la vie.

Nous avons parlé longuement de mon rapport avec la nourriture, les régimes qu'on m'inflige depuis toute petite. Elle m'a avoué que les nutritionnistes étaient trop psychorigides et que ce qu'il me fallait c'était de la médecine douce. J'y avais déjà réfléchi, et d'avoir son approbation et son soutien, cela m'a fait énormément de bien. Parce qu'elle ne me culpabilise pas, ne m'humilie pas, ne me juge pas... 

Alors voilà la prochaine étape, ce n'est pas de perdre des kilos, mais de me soigner, de réfléchir à la médecine douce qui me conviendrait et faire ce long travail, comprendre mes souffrances passées, guérir et avancer. Et être débarrassée de tout ça avant mes 30 ans. Je prends conscience pour la première fois de ma vie de tout ça, et j'ai décidé de l'écrire ici, non pas pour vous, mais pour moi. Ecrire ici me fait du bien, et le blog fera partie de mon combat contre mes souffrances et mes kilos...

1 commentaire:

  1. Je te souhaite d'arriver à perdre le poids que tu souhaites. Moi aussi je me bas avec les kg je n'arrête pas de faire le yoyo c'est pénible. J'ai des périodes ou je peux avaler mon frigo puis ne je vais quasiment plus rien manger pendant une semaine ( je ne me prive pas pendant ces périodes là c'est juste que tout me dégoûte à part les yaourts et les compotes ). Bon courage à toi.

    RépondreSupprimer