22/07/2016

Le jour particulier.

Comme tous les matins, j'ai pris l'ascenseur de votre immeuble, en finissant de me maquiller rapidement devant le miroir de celui-ci, étant partie de chez moi à la va-vite, et en ayant bu la moitié de mon café...

Comme tous les matins, je vous ai cueilli au saut du lit, vous câlinant, sans doute un peu plus que les autres jours, car je savais que ce jour là serait particulier.

Comme tous les matins, je vous ai donné vos céréales et votre lait, et j'ai gardé vos doudous et vos poupons sur mes genoux pendant que vous déjeuniez.

Comme tous les matins, je vous ai demandé si vous aviez bien dormi, si vous aviez été sages avec maman et nous avons parlé du programme de la journée car je savais que ce jour là serait particulier.

Comme tous les matins, je vous ai aidé à vous habiller. Enfin non, pas ce matin là. Vous avez choisi seules vos vêtements, vos petites culottes fleuries, et vous êtes allées seules vous débarbouiller dans la salle de bain face au grand miroir. "Comme une grande ma nounou!".

Comme tous les matins, nous avons enfilé les chaussures pour partir nous promener. Mais ce jour là était particulier. Papa me regardait ému, en me remerciant pour ces trois ans auprès de vous, il me parlait de vos petits sourires, ces petits sourires que je n'oublierai jamais. Maman essayait de retenir ses larmes. Ce jour là, serait vraiment particulier.

Comme tous les jours, je vous ai poussé sur la balançoire. Comme tous les jours, vous avez crier "Encore! Encore! Plus fort Nounou!". J'ai continué encore et encore, car je voulais que vos petits rires résonnent pour toujours dans mon coeur.

Comme un jour particulier, on a regardé des photos de ces trois ans passés, et on a ri, beaucoup ri.

Comme tous les jours, je vous ai couché pour la sieste. Toi ma Lucile, je t'ai bien bordé, entouré de tes innombrables doudous, je t'ai souhaité une bonne sieste. Et je t'ai dit dans l'oreille que je t'aimais fort. Et toi ma Juliette, je t'ai ramassé ton doudou que tu avais fait tombé par terre et que tu ne voulais pas ramasser. Je t'ai embrassé et je t'ai dit que je t'aimais aussi très fort. "Soyez sages les filles, dormez bien! A tout à l'heure, je reste là, je suis juste à côté". Et j'ai refermé la porte sur ces mots que je prononce depuis trois ans et que je ne vous prononcerai plus.

Comme tous les jours, on a fait le câlin du lever de sieste. Comme tous les jours, j'avais déjà préparé le goûter, prêtes pour sortir dehors, après un pipi au pot et une négociation pour laisser Doudou à la maison.

Comme tous les soirs, je vous ai ramené à la maison. Je tenais fermement vos petites mains moites, car je savais que c'était la dernière fois que je vous les tenais de cette façon là, c'était notre dernière promenade ensemble, et c'était la dernière fois que je vous ramenais à votre maman.

Lundi, c'était le dernier jour, le dernier jour où j'ai été votre nounou. Mais comme maman vous l'a dit, nous resterons amies pour le reste de notre vie.

Comme un jour particulier, je vous ai dit au revoir en vous serrant très fort. Je pensais que les larmes couleraient sur mes joues, mais non, je savais que je ne devais pas pleurer devant vous, et que ce jour particulier, devait rester un jour comme les autres. 

De ce jour particulier, je garde de beaux souvenirs, tout comme les autres jours où je vous ai vu grandir pendant trois ans. 

Je vous aime mes princesses, je laisse l'école prendre le relai et je ne vous oublierai jamais.

2 commentaires:

  1. Et voilà j'ai des larmes plein les yeux. C'est très émouvant... Ce lien entre vous 3 au bout de 3ans. Ma grande de 32mois quitte la crèche demain midi (la crèche est fermée en aout) alors qu'elle y est depuis ses 2mois et demi et elle a tellement fait de liens avec ses puéricultrices et copain/copine et son amoureux que ça me rend triste pour elle que cette page se tourne. C'est dur je trouve de ne plus voir (ou du moins plus 40h/semaine)un enfant qu'on a vu grandir;éduqué etc du jour au lendemain

    RépondreSupprimer
  2. Coucou. Aww, comme Stephny, je suis très émue en lisant ton article. C’est fou à quel point les liens créés entre ces petits bouts de chou et toi semblent être forts. J’imagine que la séparation a été dure. Je suis certaine que tu seras à jamais dans le cœur de ces petites princesses. Ah, quel jour particulier ! :’)

    RépondreSupprimer