12/12/2015

Banana babanana ouuuh bananaaaaaa!

Avec le froid hivernal, les journées sont longues à la maison avec des jumelles de deux ans et demi, même si on essaie de sortir le plus souvent possible, on doit trouver des idées pour s'occuper. Jeudi soir, c'était donc pâtisserie! On a fait un banana bread pour sauver les bananes qui devenaient vraiment trop mûres pour être manger crues.

Pour votre banana bread, il vous faut:
250g de farine
1 sachet de levure
1 pincée de sel
125g de sucre (ici on a pris du sucre complet de canne bio)
3 oeufs
30cl de lait
80g de beurre
3 bananes mûres

Dans un saladier nous avons mélanger les ingrédients secs: farine, levure, sel, sucre. Nous avons ensuite rajouter nos oeufs, le lait, le beurre fondu, puis nos bananes écrasées. On a ensuite mis tout ça dans un moule à cake, au four pendant 35 minutes à 180°!
Rapide, facile, et un gros succès pour le gâteau "banana de nounou"! Il est moelleux sans s'émietter, et ça, quand t'as trois enfants de moins de cinq ans qui prennent le goûter, ça te facilite beaucoup la vie...


02/12/2015

Julie au ski, épisode 1.

- Pour le jour de l'an, on part au ski avec des amis, tu viens?

Et là, par amour, j'ai répondu:

- Oui.

Drama.

Non mais je vous jure, je me suis vraiment posée la question des milliers de fois depuis que j'ai validé ma venue: Pourquoi j'ai dit oui?

Par amour. C'est clair. La perspective de passer une semaine avec mon mec (et en bonus une dizaine d'autres personnes que je ne connais pas, dit-elle comme s'il s'agissait d'un détail) ainsi que le jour de l'an avec lui, cela m'a grave fait pioupiouter le coeur donc je ne pouvais pas refuser (ouais je parle cucul quand je suis amoureuse, que veux tu, c'est comme ça).

Vous allez me dire que vous ne voyiez absolument pas le problème, qu'au contraire, c'est super qu'il m'ait proposé, qu'il m'aime assez pour me faire confiance et être persuadé que cela se passera bien avec ses amis, mais le souci ce n'est pas ça.

Moi, je n'ai jamais skié.

La dernière fois que j'ai fait de la luge, j'avais 10 ans.

Je ne porte pas de bottes de neige ni de combinaison de ski depuis cette même période.

Niveau sportif, je... Je... J'ai failli mourir à la séance 1 du Top Body Challenge. Je ne fais jamais de sport.

Alors voilà.
Je suis dans la merde.

Quand j'ai annoncé ça à ma mère, elle a beaucoup ri, car elle connaît mes talents sportifs et ma grâce légendaire.

Quand j'ai annoncé ça à mes amis, ils ont émis quelques doutes, mais c'est mes amis, alors ils m'ont encouragé et se sont dit que j'aurai des trucs sympas à raconter.

Quand j'ai annoncé ça à ma meilleure amie, elle m'a raconté qu'elle, elle avait eu peur du télésiège, qu'elle avait perdu ses skis car elle ne les tenait pas et que plus jamais elle en ferait.

Quand j'en ai parlé à mon mec, il m'a pris pour une sportive qui allait s'adapter facilement avec des cours et un moniteur, j'ai dit qu'un moniteur ça pouvait être intéressant, puis il a dit que finalement j'aurai une monitrice.

Moi dans ma tête, ce fut la panique. Mais pourquoiiiiiii avoir accepté ça? Je peux bien me passer de mon mec une semaine? Non, en fait, non.

Alors je me suis préparée physiquement. J'ai fait une semaine de Top Body Challenge (la blague!) et comme je crevais ma race n'avais plus le temps, j'ai abandonné.
Je me dis donc que c'est tout dans la tête, que je peux le faire (mon inconscient se fout profondément de ma gueule au moment où j'écris ça).

Première étape: m'équiper.
Ce qui n'est pas évident quand tu fais du 48, le choix est vite restreint (surtout quand ton budget l'est aussi).

Une de mes copines m'a envoyé un pantalon de ski à ma taille. Et là. Drama.

Pourquoi personne ne m'a prévenu que mon tour de cuisse doublerait avec un pantalon de ski?
C'est sûr que si je tombe je ne me fais pas mal. Ha ça non. Par contre, si je tombe je suis pas certaine de me relever.

Niveau look, ça envoie du rêve. M6 devrait organiser une émission spéciale des Reines du Shopping, être sexy au ski. Ça c'est du challenge. Parce que là ça va pas dou touuut ma chiriiiiiie.

Prochaine étape, recevoir la suite de mon équipement (ouais je suis une ouf malade, j'ai commandé sur internet), et positiver en me disant qu'il y en a au moins UN qui croit que je vais me transformer en skieuse confirmée. Haaa l'amour.

02/11/2015

28.

Demain j'aurai 28 ans. Je suis assez attachée aux dates et aux symboles, donc pour moi, c'est une étape symbolique ce changement d'année, même si cela sera une journée comme les autres. Mais cette année est vraiment particulière au vue de ma situation. Il y a un an donc, à la veille de mes 27 ans, je vivais en couple, nous formions une jolie famille recomposée (en apparence), j'étais heureuse (bercée dans mes illusions de fille gentille et romantique qui croit dur comme fer aux belles histoires, pauvre conne), et je rêvais à mes 28 ans, avec cette belle promesse qu'on m'avait faite: tu seras sans doute enceinte pour tes 28 ans. Mon cul

Demain, j'aurai 28 ans, je ne vis plus avec cet homme. Je ne suis pas enceinte. Je n'ai plus ma famille recomposée. Alors vu comme ça, c'est triste, mais finalement non. J'ai eu le courage de partir, de le quitter. De mettre fin à une histoire qui me rendait malheureuse, qui n'était qu'illusions et mensonges, pleines de rancoeur et d'amertume. J'ai surpris tout le monde, j'ai pensé à moi, rien qu'à moi, et on peut dire que j'ai pris la meilleure décision de ma vie. Penser à mon bonheur, à mes valeurs, et au respect que l'on me doit, parce que bordel, je pense être une nana bien et que je ne mérite certainement pas d'être traité comme je l'étais. Le chemin a été long. Long pour prendre cette décision, et long pour se remettre d'une histoire malheureuse.

Demain, j'aurai 28 ans. Ma vie n'est pas celle que j'imaginais il y a un an. Mais je suis pleinement heureuse. J'ai retrouvé l'amour, enfin retrouvé, je dirai plutôt trouvé. Est ce qu'avant aujourd'hui je savais vraiment ce qu'était l'amour? J'ai des doutes là dessus. J'ai mis du temps à me refaire confiance, à me livrer, à dire mes sentiments car mon coeur avait vraiment morflé. J'ai passé des moments terribles cette année, mais mes amis ont été là et m'ont fait croire en moi. Ils m'ont consolé, câliné, protégé. Ils m'ont fait comprendre que j'étais une femme qui devait être respectée et aimée. Ils m'ont appris à ne plus m'écraser, à dire les choses et à aimer de nouveau. Mon coeur appartient à un autre homme que celui qui était dans ma vie il y a un an, et j'espère qu'il le gardera encore longtemps auprès de lui. Je n'ai pas envie d'imaginer mes 29 ans, mes 30 ans comme les autres années. Je sais juste que là, maintenant, tout de suite, la veille de mes 28 ans, je suis heureuse et amoureuse. Je me sens épanouie, aimée, respectée. Et bordel qu'est ce que ça fait du bien.

Demain, j'aurai 28 ans, et j'ai décidé d'être heureuse.

30/09/2015

Rien n'est impossible, tout est possible.

Je dois l'avouer, je traverse une petite phase de doute en ce moment. Professionnellement je me sens bien, mais pas totalement épanouie. J'adore ce que je fais, j'adore la famille pour laquelle je travaille, je suis attachée aux enfants, mais... c'est pas ça à 100%. Je sais que j'ai les capacités de plus, de mettre en place des projets, et actuellement, je ne peux rien faire. Je culpabilise beaucoup de ressentir ça, parce que oui je fais bien mon métier, je suis une très bonne nounou, mais personnellement comment est ce que je me sens? Je ne me sens pas valorisée socialement. Et je me sens seule. Bloquée. Carrément. Je sais que ce n'est pas uniquement professionnellement, j'arrive peut être à un âge où on a envie d'évoluer, et effectivement, je ressens un grand besoin de bouger, de tout envoyer en l'air, et de me trouver. 

Je finirai bien sûr mon contrat actuel avec les jumelles jusqu'à la rentrée 2016, mais je commence à réfléchir à la suite.

Le métier d'assistante maternelle n'est plus une priorité pour moi, mais vraiment une option... J'ai obtenu mon agrément, ma situation personnelle était différente. Je vivais en famille recomposée. Je me projettais dans l'accueil d'enfants chez moi. Aujourd'hui, je vis seule et je ne me projette pas du tout assistante maternelle. Je n'ai pas envie d'accueillir des enfants, dans une maison où justement aucun enfant ne vit vraiment. Le métier d'assistante maternelle me plaît énormément, mais il faisait aussi partie d'un projet de vie personnelle. Il permet de continuer de travailler tout en élevant ses enfants... Hors, il n'est plus question d'enfants pour le moment.


Retourner en crèche est une autre option. Mais il faut dire ce qui est: dans certaines crèches, n'être qu'animatrice éveil est un frein dans une équipe. Je l'ai beaucoup ressenti dans mes expériences. Autant avec certaines équipes et directions, la différence entre animatrices, auxiliaires de puériculture et éducateurs de jeunes enfants ne se ressent que très peu, autant parfois, l'ambiance peut être difficile. J'ai la mauvaise expérience d'une directrice qui traitait vraiment de façon différente les filles de son équipe selon leurs diplômes. Je l'ai mal vécu, mais je sais que je ne dois pas rester sur ce mauvais jugement. 

Et puis il y a ce concours d'auxiliaire de puériculture qui me tente tant... Que je n'ai jamais osé passé car j'avais peur que cela ne soit pas cela pour quoi je suis faite et parce que je n'avais pas le soutien de mes proches. Puis le temps passe, et on se dit que finalement, c'est peut être ça notre voie? Auxiliaire de puériculture. C'est pour cela que j'ai décidé de tenter le concours en janvier prochain, afin de me permettre d'obtenir une formation et de repartir vers d'autres expériences tout aussi enrichissantes que celles que j'ai déjà vécu.

Je ne sais pas si j'aurai ce concours, si je ferai cette formation mais une chose est sûre: il faut que j'arrête de me dévaloriser sur mon métier et de croire un peu en moi. Heureusement que j'ai des copines au top qui croient fort en moi, rien que pour elles, j'aimerai le réussir. C'est parti pour l'aventure, entre dossier d'inscription, révisions et épreuves...

22/08/2015

Voilà, c'est fini...

Lundi c'est la reprise! C'est avec hâte que je reprends le chemin du travail, ces semaines de vacances étaient bien trop longues, reprendre ma vie à 100 à l'heure me réjouit, et je suis contente de retrouver mes louloutes! Elles ont dû bien grandir pendant cet été, je vais être en admiration devant leurs progrès. Je me souviens l'été dernier, j'avais laissé des bébés, pour retrouver des petites filles, la claque. Et l'été prochain, elles rentreront à l'école. Non, non, non, ça passe trop vite!
Je ne suis pas partie cet été, j'ai fait le choix de m'assumer toute seule comme une grande, alors bon... Tant pis. Je ne regrette pas, j'ai pu profiter pleinement de ma famille et de mes amis. Petit bilan estival:

Mon papa a eu 60 ans. La claque.
J'ai réalisé que j'avais perdu 20 kilos en l'espace de 6 mois à cause des soucis.
J'ai regardé beaucoup trop d'épisodes de New Girl.
J'ai eu une grosse période: envoyer des sms de merde / manger de la glace à même le pot / regarder des séries de filles / écouter Rose.
Mais je me suis relevée. Again.
Mes copines ont été là, et elles ont été au top du top. Again.
J'ai un peu abusé des Sex on the beach (à défaut d'être moi même on the beach, je l'étais au moins dans ma tête).
J'ai testé la gelée éclaircissante de Garnier et ce fut un échec cuisant. Je ne serai donc jamais blonde.Team brunette.
J'ai squatté les salles de ciné.
J'ai relu le journal de mes 22 ans, et je me suis aperçue que j'avais beaucoup grandi. Ma petite moi de 22 ans, crois moi, on tombe, ça fait mal, mais on se relève et on est capable d'aimer à nouveau.
J'ai découvert la cuisine créole et la pâte à tartiner Weiss qui est une tuerie (meilleure que le Nutella je vous jure).
J'ai passé quatre jours superbes avec une personne qui compte beaucoup et qui m'a aidé à m'en sortir ces derniers mois. J'ai adoré le présenter à ma famille et mes amis, pour leur montrer à quel point il a été génial avec moi.
On a fait beaucoup la fête, et j'ai oublié que vodka = bobo tête. 
Le rosé framboise est une tuerie.
Le rosé cerise aussi.
Je suis allée voir Les Minions. Deux fois. Bananaaaaaaaa.
J'ai eu une relation violente et toxique avec un connard, et j'ai regretté mon choix Again. Mais comme toujours, on se relève, on avance, et on se montre plus forte encore.
J'ai écrit un article qui m'a fait beaucoup de bien. Une façon de tourner définitivement la page?

Même s'il y a eu des déceptions, plutôt positif cet été non? On va faire en sorte que la fin d'année soit au top du top, mais je n'en doute pas, je sais que la vie peut me réserver de bien jolies surprises...

15/08/2015

Sans toi.

Il y a des jours où tout va bien, où j'apprécie cette nouvelle vie. Et des jours où tu me manques. Hier, c'était en faisant du shopping et en me dirigeant tout de suite vers le rayon petite fille. Me dire que tu aurais adoré cette robe avec des chats. Puis, reposer cette robe en me disant que de toute façon, plus jamais je ne t'achèterai des robes. Il y a aussi ces moments où je lis les articles de Mélanie, et de sa Miss qui a ton âge... Avec qui, je te comparais souvent. Il y a cette petite fille avec ses cheveux longs qui me sourit dans la rue. Puis il y a cette absence, qui se fait ressentir tous les jours, quand je passe devant ta chambre. Je l'appelle encore la chambre de Lili. Parfois je dis la chambre du fond, mais crois moi, ça sonne faux. J'ai eu le courage d'enlever ton poster de la Reine des neiges, je l'ai donné à papa vendredi dernier. Une étape de plus. Et ce soir, j'ai eu le malheur de vouloir trier des photos. De regarder juste comme ça, quelques unes de nos dernières vidéos ensemble. Cette vidéo où tu finis par un Je t'aime. Un Je t'aime comme j'en ai entendu des centaines de fois pendant quatre ans. Que tu m'as dit très vite, et que tu pensais vraiment. Toi. Ma Lili. Le plus sincère et le plus beau des Je t'aime. Je n'étais pas ta maman, je n'étais pas de ta famille. Mais je t'ai élevé pendant quatre ans. Je t'ai vu grandir. J'étais là pour ta première rentrée scolaire, ton premier amoureux, tes disputes à l'école avec tes copines... Pour tes 4 ans, pour tes 5 ans, pour tes 6 ans, pour tes 7 ans. Je ne serai pas là pour les autres. Je ne serai pas là pour te faire un gâteau de princesse comme tu aimais tant. Je l'ai voulu après tout, pourquoi est ce que je me plains?
Mais tu me manques horriblement. Même si j'essaie de ne pas le montrer, ceux qui me connaissent bien l'ont  senti. On me l'a dit. Je n'ai pas encore fait mon deuil. Mais comment faire le deuil d'un enfant qui n'est pas mort? Un enfant qui est toujours en vie, mais qui ne fait plus partie de ma vie. Je ne sais pas si j'étais trop investie, mais peut on reprocher à une belle mère d'élever un enfant comme si c'était le sien, et l'aimer tout autant? Je m'en veux de t'avoir fait du mal en partant. Quand je te l'ai dit, c'est dans mes bras que tu as pleuré, si fort, on a pleuré toutes les deux. Pendant plusieurs semaines, j'ai évité de parler de toi. Je disais même que tu ne me manquais pas. J'éloignais la douleur le plus loin possible de moi. Autant mon histoire avec ton papa est finie, je n'ai aucun mal à parler de lui en tant qu'ex, mais toi, je ne me reprends à chaque fois. Ma belle fille. Non. Mon ex belle fille. Papa me dit que tu vas bien. C'est le plus important. Je ne sais même pas si je te reverrais un jour. Je ne sais pas si je dois te revoir, pour te parler, t'expliquer, te dire que je suis désolée que ce n'ai pas marché. Plus tard en tant que femme, tu me comprendras. Je l'espère, que tu deviendras une jeune femme qui comme moi, pensera à son bonheur, parce que c'est important de ne pas s'oublier. Un jour peut être, tu liras ces mots. En attendant, je n'ai nul part où les poser, alors c'est ici que je les dépose. Juste parce que poser mes maux fait du bien. Et que demain le chagrin sera oublié.

14/08/2015

Deux ans.

J'en suis à ma cinquième semaine de vacances cet été, et c'est un fait: je m'ennuie de mon travail...Le 2 Septembre cela fera officiellement deux ans que je garde les jumelles, et nous repartons pour la troisième année (et certainement la dernière) avant l'entrée à l'école. J'essaie de ne pas y penser, car je sais que ce moment va être assez difficile. Je ne réalise vraiment pas que deux ans se sont écoulés! Etre nounou de jumelles ce n'est pas toujours facile, mais c'est quand même beaucoup de bonheur pour peu de galères.

La première rencontre. L qui était dans les bras de sa maman, s'éveillant de sa sieste. Et J, dans son lit, si paisible, qui dormait encore. Vous aviez un mois.
La première balade en poussette double et ma concentration pour ne pas trop vous secouer.
La première fois seule avec vous pendant deux heures. Mon stress à votre premier biberon dans mes bras. 
Les coliques de L et les longs câlins dans mes bras. Et quand tu t'endormais sur mon bras, mon coeur de nounou fondait littéralement.
Votre premier bain. Tout vérifier trois fois pour chacune, tout avoir à disposition, vos petits pleurs car vous détestiez ça. Mais les sourires une fois toutes sèches étaient si beaux.
Les petites fleurs et papillons que j'ai dessiné pour vous, et que j'avais accroché au dessus de la baignoire, pour rendre le bain moins angoissant.
Vos premiers sourires.
Les après-midis à vous bercer dans vos transats, en écoutant les berceuses, Chopin, Emilie Simon et Ella Fitzgerald.
Les biberons qui s'accumulaient dans l'évier de la cuisine.
Les premières lectures toutes les trois, et vos sourires à l'écoute de Bulle et Bob.
Votre premier Noël.
Vos chaises hautes que j'ai monté (avec amour et patience) pendant vos siestes.
La première compote de pomme.
Les petits plats préparés avec amour. Vous aviez six mois.
Le choix du doudou, le vrai.
Votre premier bain dans la grande baignoire. Votre premier bain toutes les deux avec moi, et les éclats de rire.
Les premiers pas de L. Tu avais onze mois.
Votre première bougie. Votre premier gâteau au chocolat et le début de votre grande histoire d'amour avec celui ci.
La photo de tes premiers pas, J, que maman m'a envoyé pendant les vacances. Tu avais un an.
Votre premier "Nounou".
Les chansons d'Anne Sylvestre, les berceuses jazz, les contes d'Hoffmann, les comptines avec vos petits doigts. Les p'tittous, les p'tittous, on les suit partout partout...
La découverte des confettis et du défilé du Carnaval!
Les premières couettes. Vous aviez dix huit mois.
Il y a eu votre premier moment de petites soeurs devenues grandes, quand je vous ai emmené dans la classe de votre grand frère à l'école, vous étiez si fières de venir le chercher, et lui était si heureux de vous montrer à sa maîtresse et ses copains. Vous êtes devenus les stars de la classe de Moyenne Section ce jour là. Vous n'étiez plus des bébés, c'était fini! Vous étiez de vraies petites filles.
Voici venu le temps des poupons, des dessins, des gommettes, de la pâte à modeler, et des petits poneys...
A 20 mois, vous avez fait votre premier trajet assise sur les sièges du tram. Quelle fierté les filles!
Le mardi matin, ce moment savoureux, où l'une est avec maman, l'autre avec nounou, pour profiter en étant seule, quel plaisir d'apprendre à mieux se connaître de cette façon (et surtout d'avoir les bras de maman ou de nounou pour soi!).
Puis le temps passe encore plus vite... Nous avons nos habitudes toutes les trois, se coiffer le matin, aller chercher ses chaussures et essayer de les enfiler seule, les longues promenades, toucher l'eau de la fontaine que vous aimez tant, les histoires avant le repas, le câlin et la chanson avant la sieste, les bisous esquimaux, les fous rires avec doudou, le bain du soir et son rituel câlin, les au revoir quand je rentre chez moi le soir...

Et voilà que vous avez deux ans.
Deux ans que je vous cotoie, que je vous vois grandir, rire, vous épanouir.
Alors bien sûr, tout n'est pas que joie et amour, mais c'est quand même génial, d'être une nounou de jumelles. J'espère profiter au maximum de cette dernière année, et ensuite, je laisserai l'école prendre le relai. Mais je ne vous oublierai pas.

05/08/2015

New life, new girl, stronger.

Cela fait quelques semaines que je dois reprendre en main ce blog, que les copines me poussent à écrire, à venir partager ici mes mots, mais l'envie n'y est pas.

Avant je tenais un blog, régulièrement je vous parlais de ma belle fille, de son éducation (j'ai d'ailleurs effacé tous les articles la concernant, sauf la recette du gâteau de ses 7 ans). Maintenant, elle n'est plus là. Je dois avouer que c'est difficile de faire le deuil de cette relation, de cette relation que j'avais avec elle. Je pense souvent à elle, à ce qu'elle devient, des fois j'ai envie de demander des nouvelles, puis je m'abstiens, je n'ai plus à faire partie de sa vie, c'est ma décision et c'est comme ça. Je ne dois pas vivre dans le passé, et penser au présent et à l'avenir qui m'attend, avenir dont elle ne fera pas partie. C'est comme ça, c'est mon choix, mais elle a été une vraie histoire d'amour, et on ne pourra jamais me demander de l'effacer de ma vie. D'ailleurs je n'ai toujours pas eu la force d'enlever les dernières étoiles phosphorescentes et le poster de La Reine des neige de sa chambre. Mais ça, c'est notre petit secret, chut..

Cela fait plus de trois mois que j'ai donné un coup de pied à ma vie, pour pouvoir être heureuse. J'ai causé du chagrin, de l'incompréhension. On m'a maintes fois répété que je cachais mon jeu, que j'avais l'air si heureuse et si amoureuse. Pourtant cela fait trois mois que je reprends vie. Je me suis oubliée, mon bonheur n'était pas important, je ne vivais pas, je survivais, je me raccrochais à ce que je pouvais pour rester à la surface, je me raccrochais à elle, à notre famille recomposée. Mais une famille c'est d'abord un couple, et quand le couple ne va pas, la famille ne peut se maintenir. Cela m'a fait mal de laisser tomber tout ce qu'on avait construit, mais il le fallait. J'étais triste. J'étais fragile. Je pense que je le suis toujours, mais je suis différente. Je suis nouvelle. Les cassures nous forgent et nous aident à avancer. 

Alors à l'heure actuelle, je pense à moi. Non pas en devenant une égoïste, ce n'est pas dans ma nature, mais j'ai compris qu'il fallait que je pense à mon bonheur. C'est vrai, pourquoi est ce que je n'aurai pas le droit d'être heureuse? J'ai le soutien sans failles de mes amis, qui n'ont cessé d'être là pour moi depuis des semaines, à me redonner confiance en moi, à croire en moi, en l'amour, encore. Alors je vais me battre pour avoir la vie que je mérite. Je mérite d'être épanouie, heureuse, amoureuse, et même d'être chéri par quelqu'un de bien, qui pourra me donner autant que j'ai à donner. Le bonheur me tend les bras alors autant m'y blottir dedans et profiter non?

New life, new girl, stronger.

Et promis, j'essaie de revenir activement par ici pour parler kids, déco, jolies choses et amour.

21/06/2015

Balade d'été.

Se promener pour profiter de la nature et faire le vide dans sa tête... Exprimer ses peurs, ses doutes... Savourer ces instants, seules au monde, parmi les papillons, les libellules et les fleurs. Repartir pour une nouvelle semaine, le corps sain, l'esprit presque reboosté. Ne plus avoir peur. Penser au positif. Avancer.

02/04/2015

Funky Giraffe.

Récemment, Funky Giraffe m'a contacté pour tester ses bavoirs, bien pratique avec les molaires des jumelles qui font leur apparition en ce moment! J'ai choisi plusieurs modèles sur leur site, et j'ai reçu mon colis rapidement.
Les foulards sont supers beaux et la qualité est au top pour absorber les litres de bave des jumelles! On a aussi utilisé les foulards avec les poupons, car en ce moment, elles ne les quittent plus, alors leurs bébés aussi doivent avoir un foulard Funky Giraffe voyons!

Merci à Funky Giraffe de m'avoir permis de découvrir leurs petits foulards, je recommande fortement, cela sauvent des tee shirts trempouillés!

 

21/03/2015

Le birthday cake Frozen!

Pour les trois génoises, il vous faudra:

300g de farine
300g de sucre
180g de beurre
250g de lait
4 oeufs
1 sachet de levure

J'ai commencé par mettre mes oeufs dans le robot avec le sucre. J'ai laissé tourner jusqu'à ce que ma pâte double de volume (un peu plus de cinq minutes à vitesse modérée). Dans un saladier, j'ai mélangé la farine et la levure, puis le beurre fondu, et le lait. J'ai ensuite ajouté mon mélange oeufs + sucre.


J'ai séparé ma pâte dans trois bols. J'ai remixé chaque contenu pour que cela soit le plus fluide possible, en ajoutant du colorant bleu pour une des génoises, et violet pour une autre. J'ai utilisé ceux de la marque Scrapcooking, mais personnellement je préfère les colorants en gel de la marque Wilton.

J'ai ensuite fait cuire mes génoises une par une, pendant 20 minutes à 180° (tout en surveillant bien la cuisson). Je les ai laissé refroidir puis je les ai superposé, en les nappant de... Nutella! Je ne suis pas une grande fan de Nutella, mais Lili voulait un gâteau au chocolat, j'étais certaine de lui faire plaisir (et à son papa aussi!).


J'ai ensuite étalé ma pâte à sucre  blanche sans difficulté, avec un rouleau à pâtisserie adapté et du sucre glace sur mon plan de travail. J'ai utilisé de la Vahiné, qui était vraiment agréable à manipuler, j'avais l'impression d'étaler de la pâte à modeler! J'ai ensuite fait des étoiles dans de la pâte à sucre bleu de la marque Scrapcooking avec un emporte pièce. Puis j'ai décoré avec des perles de sucre et un stylo alimentaire. J'ai rajouté des Chamallows tout autour pour cacher les défauts de ma pâte à sucre blanche. Cela rentrait parfaitement dans mon thème Frozen, car cela ressemble à des cubes de glaces.





En bonus, les petits sablés mignons.

Chat blasé.

18/03/2015

Le design pour tous, expo Banc d'Essai.

Si tu es stéphanois, cela n'a pu t'échapper, en ce moment a lieu la biennale internationale du Design de Saint-Etienne. La ville s'est parée pour l'événement qui a lieu du 12 Mars au 12 Avril. Il y a énormément d'expositions dans toute la ville, notamment à la Cité du Design, mais une nouveauté, avec l'expo Banc d'Essai, un test grandeur nature à retrouver dans toute la ville.

Et c'est donc en nous promenant vendredi matin, que nous avons testé ces bancs avec les jumelles. Parce que oui, à 20 mois on peut trouver déjà un intérêt au design! De supers structures de motricité, des couleurs, des matériaux... Une véritable exploration! C'était génial!


La Cité du Design est située sur l'ancien site de Manufrance, offrant un endroit riche historiquement, mêlant les bâtiments d'origine, et le design et la modernité. C'est un espace vraiment particulier,  une balade originale dans la ville.

Ce qui est bien, c'est que cette expo Banc d'Essai a lieu sur plusieurs places de la ville. A nous, d'autres explorations dès la semaine prochaine. Découvrir, toucher, observer, grimper, ludique et pédagogique!

16/03/2015

Renouveau.


Lili, 28 ans, maman chat d'une tigresse pot de colle de 8 ans, nounou de jumelles de deux ans et d'un petit loulou de cinq ans.

Ici ça parlera kids, déco, vintage, mais aussi les joies et les peines de ma nouvelle vie solo.
♥ les copains, écrire des contes, les chats, les licornes, le thé à la pomme, les myrtilles, les bébés, marcher pieds nus dans l'herbe, les tartelettes aux framboises, la photographie, regarder les amoureux qui se disent au revoir sur les quais de gare, le grésillement des vinyles, les Sex on the beach, refaire le monde avec les copines, les pivoines, les cactus, prendre des bains moussants qui sentent la pêche, les petits Gervais glacés, créer des doudous, les champs de blé, les coccinelles, marcher en équilibre sur le bord du trottoir, les pommes d'amour, les diabolos grenadine, faire des bulles en soufflant dans ma paille, lire au lit, les berceuses, les vieux appareils photos, faire les brocantes pour trouver des trésors, la mousse au chocolat, le bruit des photocopieuses, le déhanchement sexy graou de Hugh Grant, les bugnes, jouer au Jungle Speed, la tartiflette, me promener dans les bois, écrire dans des carnets, marcher dans les feuilles mortes en automne, les bandes dessinées, les films avec des zombies, garder les billets de train et de métro, écouter tomber la pluie, les rires des enfants, les fontaines, le street art, les photos en noir et blanc, les jouets vintage, le design, les couronnes de fleurs, les mariages, les roses blanches...